Critiques

L’Odéon (Genève)

Notre bistrot genevois préféré pour ses quenelles de brochet et ses frites a discrètement changé de gestion en février 2019 (nouveau logo, avec le rajout de la date 1903 en petit). Et bonne nouvelle: les quenelles sont encore meilleures qu’avant!

En découvrant sur la porte l’annonce de sa fermeture le 26 janvier (avec quelques squelettes pour la déco), on avoue, cela avait été un choc. On s’était trop habitué au service parfois un peu bourru mais pas méchant de Christophe Thuet, l’ancien patron de l’institution, et surtout aux plats de brasserie garnis d’excellentes sauces. 

Le sympathique nouveau chef et patron, Benjamin Garin, a travaillé des années chez Chevrier au Café du Vallon à Conches puis au Denise’s Art of Burger avant de reprendre l’Odéon. Il a conservé les prix moyens (compter 29-39 CHF pour un plat), l’ambiance à la bonne franquette et la déco: banquettes en bois, grands miroirs, affiches vintage et bougies sur les tables sont fidèles au poste. 

Les 2 salles principales sont vivantes (donc passablement bruyantes); on trouve aussi une troisième salle plus petite, au fond à droite, qui doit être parfaite pour les petits groupes.

Concernant la carte, elle est pour l’instant en transition: bon nombre de « plats d’avant » y figurent aux côtés de nouvelles propositions, pour ne pas déstabiliser les habitués (quenelles, ravioles de Royan, filets de perche pas du lac, etc.).

Un soir de semaine, on y a partagé:

  • des ravioles d’escargots (15 CHF), nappées de sauce crémeuse aux herbes, parsemée de dés de tomates séchées. Goûtues, parfaitement cuites, avec une sauce excellente: la totalité de la corbeille de pain y est passée direct.
  • les quenelles de brochet sauce Nantua (29 CHF), qualifiées par le menu d’« extraordinaires quenelles de brochet soufflées, accompagnées d’une délicate sauce au homard ». Carrément! Et à très juste titre: elles sont incroyables, aériennes. Encore meilleures qu’avant, et avant c’était déjà très bon. Niveau accompagnement, à l’ancien Odéon, on demandait toujours des tagliatelle au lieu du riz (qu’on trouvait ennuyant). A présent…il n’y a plus de pâtes. Mmh. Eh bien on a pris comme tout le monde le riz blanc, qui cachait bien son jeu: ce n’est pas un riz banal ma p’tite dame, il est carrément excellent! Parfaitement assaisonné, avec un sacré goût de reviens-y, comme la sauce des quenelles…Une vraie bonne surprise. Pour les passionnés que cela intéresse, les quenelles devraient prendre congé de la carte pendant l’été mais le Chef nous a dit qu’en cas de commande 2-3 jours en avance, il pourra en refaire…On valide!
  • les cuisses de grenouilles à la provençale (32 CHF), généreusement servies et pas mal, même si l’assaisonnement aurait pu être plus prononcé/salé/aillé à notre goût.
  • l’entrecôte de boeuf suisse sauce Odéon (250g, 39 CHF), servie avec de très bonnes frites maison croustillantes. Une viande tendre, avec une sauce bien plaisante, parfumée, presque sucrée.
  • un café gourmand correct, composé d’un trio de desserts et d’une boisson chaude (12 CHF): crème brûlée au Malibu (un peu trop massive/cuite à notre goût, mais joliment caramélisée), moelleux au chocolat coulant (un peu trop doux) et verrine de crème au citron coiffée d’une meringue également très sucrée.

Au niveau du service, il était prévenant, pétillant et à l’écoute tout le long du repas, ce qui est toujours agréable.

On souhaite donc plein succès à la nouvelle équipe et on se réjouit d’y revenir!

Est-ce qu’on y retournera? Très clairement, pour tester la nouvelle carte prévue courant mai et retrouver la la sympathique terrasse aux chaises colorées en été.

Note subjective: 17/20 (20/20 pour les quenelles)


L’Odéon
60, boulevard Saint-Georges
1205 Genève
Suisse
+41 22 328 55 98
www.odeongeneve.ch

Visite: mercredi 24 avril 2019 – 21h – env. 50 CHF / 42 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*