Billets culinaires

Hungry Bear (Lausanne)

Après le Sleepy Bear Coffee Shop en 2016, son acolyte le Hungry Bear vient d’ouvrir le 4 avril 2022 juste à côté, à la place de l’ex-Crêperie de Grancy. Ouvert 7/7 de 9h à 21h, ce café-restaurant propose une cuisine qui se veut bistronomique sur les bords, « inventive et sympathique » selon l’intitulé de son menu.

La déco est plus contemporaine qu’auparavant, faisant la part belle au bois, tandis que la grande terrasse au calme continue de surplomber l’avenue de Grancy (c’est juste au-dessus de la Coop). Comme au Sleepy Bear, l’accueil était bien sympathique et le service assez rapide.

Au menu? De grands toasts saumon-avocat-courgette, pomme-stracciatella ou tartare de boeuf (18-20 CHF, un poil cher à notre humble avis comparé à la concurrence), des entrées (14-29 CHF), quelques plats (17-32 CHF) et 3 desserts aux mariages originaux (13-15 CHF; poire-stracciatella fumée-amandes, pavlova-coco-Bailey’s, panna cotta-sapin-romarin). Avis aux puristes italiens: les paccheri aux fruits de mer sont agrémentés de pecorino.

Si on a bien compris ce qu’on nous a dit sur place, le menu a été imaginé/supervisé par le chef Andrey Schmakov du restaurant Savva, 1* Michelin à Moscou; intrigant.

Dans le style « bistronomique »/assemblage de produits, cela nous a rappelé l’esprit des compositions de saveurs que l’on peut trouver chez Deli Social ou Bottle Brothers/Café des Philosophes à Lausanne, Legram à Renens ou dans les bien-aimées adresses genevoises BombarNatürlich ou Sauvage (positionnement bistronomique assez similaire, avec des assiettes d’un niveau plus élevé qu’ici selon nos papilles). La quête bistronomique lausannoise continue donc car malgré de bonnes idées dans l’intitulé des plats, il manquait encore ce petit « plus » gourmand ou multi-texturé qui rend les papilles totalement heureuses. 

Le lendemain de l’ouverture, on y a partagé le soir:

  • du pain crousti-moelleux avec du beurre battu fumé – donc mou et tiède, au gros sel (3 CHF). On avait trop faim ce soir-là pour s’interroger sur le bien-fondé de facturer ce qui est servi parfois gratuitement (certes, on a surtout vu du beurre battu dans des gastronomiques de type Auberge de l’Abbaye de Montheron ou au Fiskebar à Genève). Quoi qu’il en soit, le pain était bon et le beurre est toujours sympa (pas de souvenir du goût fumé, à la réflexion).
  • les asperges blanches et vertes du Valais croquantes, avec une mousse/espuma d’anchois et du zeste de citron d’Italie (19 CHF). Il y avait de l’idée, mais le salé de l’anchois prenait globalement trop le dessus sur le reste et l’équilibre entre les textures (fermeté des asperges, structure aérienne de la mousse) pourrait être amélioré. Apparemment, parfois le plat est présenté avec des filets d’anchois sur le dessus, si on a bien regardé les posts Instagram du lieu, donc la présentation semble être encore en phase d’affinage.
  • le délicieux faux-filet de boeuf, purée d’aubergine au miso, bel assortiment de champignons frais et graines de moutarde (32 CHF), parfaitement saignant. Les champignons étaient riches en goût et leur variété était particulièrement plaisante, tandis que les graines fraiches de moutarde donnaient du peps au plat. C’est ce qu’on a préféré du repas d’ailleurs.
  • le duo d’aubergines « Hê » confites aux épices selon une recette coréenne, salade de tomates marinées aux herbes de diverses variétés bien mûres, yaourt grec et coriandre (17 CHF), pas mal comme plat végétarien, frais. Les brins de coriandre étaient posés dans un coin de l’assiette en mode « nature » sans être spécialement assaisonnés ou mélangés, ce qui peut être pratique pour ceux qui n’aiment pas spécialement cette herbe (sinon, vaut mieux l’intégrer au reste).
  • la demi-poire tiède marinée en cuisson lente, stracciatella tiède fumée et amandes (13 CHF), originale mais à nouveau pas un mariage qui a particulièrement marqué nos papilles. Avec un peu de sel et du bon pain, cela aurait pu être une entrée même si la poire était assez sucrée. On garde une préférence pour la stracciatella froide et en mode « salé », et pour les poires en dessert plutôt assemblées avec un composant croquant/sablé/ou carrément glacé pour plus de contraste.

Nos voisines de tables avaient pris le pavé de saumon & brocolis (27 CHF) en plat, de composition classique et colorée; pour plus de lecture sur le lieu et le saumon d’ailleurs, mentionnons l’article de The Lausanne Guide.

Est-ce qu’on y retournera? Volontiers pour tester la terrasse et d’autres plats après la période de rodage, si on repasse dans le coin.

Appréciation subjective: 12/20


Hungry Bear
3b, rue du Simplon
1006 Lausanne
Suisse
+41 21 217 77 07
Instagram: @hungrybearfoodlausanne

Miam: mardi 5 2022 – 20h15- env. 50 CHF / 49 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

2 Commentaires

  • Reply Hungry Bear 5 juin 2022 at 18 h 03 min

    Bonjour, notre carte Brunch de Juin est disponible! Nous serions heureux de vous faire essayer nous nouvelles créations! En prime, nous avons aussi une nouvelle formule avec des assiettes à choix, idéale pour un déjeuner à bon rapport qualité-prix! 🙂
    On vous attend!

    • Reply Sonia 9 juin 2022 at 19 h 30 min

      Bonjour, merci pour l’info et bonne saison des brunchs d’été!

    Répondre à Sonia Annuler la réponse