Billets culinaires

Jacques (Lausanne)

Coup de coeur! Remplaçant depuis juin 2021 le Café Mood, cette adresse propose une belle cuisine bistronomique à prix doux, aux assiettes aussi élégantes que goûtues. Le jeune chef, Jacques Allisson, est notamment passé par l’Auberge de l’Onde à Saint-Saphorin, le Café de Peney de Philipe Chevrier, l’Olivier de Provence à Carouge ou encore le Petit Manoir à Morges avant de reprendre ce local, et tient à proposer une cuisine soignée abordable.

Les murs ont été repeints en vert amande doux, tandis que du bois clair habille les tables. Le service est très pro, attentif et vraiment adorable, avec un petit accent chantant très plaisant. Cerises sur le gâteau: la carafe d’eau est servie avec le sourire et le chef passe papoter avec les clients en fin de service. On s’y sent vraiment bien, en somme.

La carte n’est pas trop longue, avec des entrées (19-29 CHF) plats (44-52 CHF) et desserts (10-15 CHF), un menu complet du midi à 39 CHF et surtout 2 menus fort intéressants le soir qui changent toutes les 6 semaines environ: Découverte (amuse-bouche, entrée, plat, dessert, mignardises avec à chaque fois 2 options à choix, 60 CHF) ou Surprise (85 CHF, avec 2 entrées).

De tête, le menu Découverte est le plus intéressant de la ville compte tenu du niveau des assiettes, à se demander s’il est assez cher, à la limite…

Un soir de semaine mi-juillet 2021, dans une salle pleine, on y a donc pris toutes les options de ce menu (remarque: il devrait changer autour du 19-20 août, mais cela donne une bonne idée du style du Chef):

  • en guise de mise en bouche, un très bon et délicat assemblage de saumon mariné, betterave, cerise et raifort
  • l’ex-cel-lent oeuf croustillant parfaitement crousti-frit, siphon de polenta et sucs d’échalotes, jus herbacé. Goûtu, gourmand, très bien assaisonné: juste parfait.
  • la fraicheur de féra du Léman et haddock fumé, pomme verte en sorbet et petites billes de fruit, basilic et betterave, bien équilibré entre ses différentes textures, très bon également
  • le poisson sauvage selon arrivage (du rouget ce soir-là), aux moules de « Bouchot », pulpe d’artichaut, fenouil et jus infusé au curry et safran. Gourmand, et servi avec de bien bonnes petites pommes de terre au four.
  • le plat avec un accompagnement à s’en relever la nuit: la poitrine de veau confite « 18 heures » aux chanterelles, su-bli-me millefeuille de pomme de terre, sucs de carottes au calamansi, salicornes. Très bon, avec des tranches de pommes de terre d’une finesse rare, juste trop bonnes.
  • fraises, hibiscus et crème double de la Gruyère: passage obligé pour tous les fans de crème double, évidemment. Frais, bien fruité et gourmand sans être lourd, ce dessert plus de cuisinier que de pâtissier était très agréable.
  • abricots, yoghurt, huile d’olive, un dessert bien multi-texturé et harmonieux avec une très bonne glace posé sur un crumble au cacao; les tuiles auraient pu être un peu moins cuites à notre goût.
  • avec un mini-financier en guide de mignardise, pas mal, un poil plat

Et pour ceux qui souhaiteraient plus de lecture sur le lieu, le 24heures et le GaultMillau lui ont notamment consacré des articles.

Est-ce qu’on y retournera? Carrément, pour tester d’autres plats et la terrasse!

Appréciation subjective: 17/20

Jacques
15, rue de Beau-Séjour
1003 Lausanne
Suisse
+ 41 21 544 88 75
www.jacques-restaurant.ch
Instagram: @jacques_restaurant_lausanne
Facebook: @jacques.restaurant.lausanne

Visite: mardi 13 juillet 2021 – 20h – env. 90 CHF / 85 € par personne le soir

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*