Critiques

Auberge de l’Abbaye de Montheron (Lausanne)

Notre adresse bistronomique préférée du coin, clairement! Le Chef Rafael Rodriguez, son comparse David Donneaud et toute l’équipe insufflent une très belle énergie à ce lieu un peu perdu à l’orée des bois du Jorat. Qui mérite le détour…

Les assiettes ne sont composées que de produits  locaux: le sanglier est par exemple chassé par le garde-forestier officiel des bois du Jorat, les vins font la part belle aux vignerons du coin, bon nombre de légumes proviennent du potager de leur partenaire du Chalet des Enfants et les assiettes comportent même parfois du safran suisse (!) cultivé pas loin.

On avait découvert cette auberge en avril 2018 lors une superbe soirée « tapas », avec la participation de chefs espagnols invités; il était temps d’y retourner pour tester la carte. Située dans une bâtisse d’époque à côté de l’abbaye datant de 1142, la salle du restaurant est cependant bien contemporaine, en ligne avec la le mélange d’épure et de créativité que l’on trouve dans les assiettes.

Niveau service, il est pro, dynamique et chaleureux: on sent une équipe passionnée et à l’écoute, même pendant le coup de feu.

N’ayant pas assez faim pour prendre un menu (95 CHF le menu classique à 5 plats ou 135 CHF le menu dégustation à 8 plats, très correct vu le niveau des plats et les quantités), on a choisi à la carte. Ce qui a donné:

  • un excellent trio d’amuse-bouches: crème de fondue au siphon (su-blime), tartare de boeuf et chips de riz
  • Consommé d’oignon, gruyère, topinambour, scorsonère, une sorte de salsifis (17 CHF). Hypra crémeux et bien fromager, c’était une entrée goûtue et réconfortante. On avoue, on a saucé le tout avec le très bon pain artisanal local…
  • Terrine de sanglier du Jorat, bitter des Diablerets, crème ail et amande (23 CHF), moelleuse et bien parfumée.
  • Filet de boeuf rassis 3 semaines, sauce au vin de noix maison (54 CHF). Viande ultra-tendre, mais on aurait pas dit non à plus de sauce et de fantaisie dans les légumes de l’accompagnement (le Comparse a juste fini son assiette trop vite pour prendre de demander un petit supplément de sauce).
  • Épaule de sanglier fondante et généreuse, carottes, sauce cornes d’abondance (45 CHF), classique.
  • Läckerli, miel de Montheron, crème double (15 CHF), délicieux et généreux, gourmand et texturé comme on adore
  • Mojito alpestre (15 CHF), un joli dessert destructuré multi-texturé comme on les adore (on l’a déjà dit plus haut?). Fines tranches de pommes, cubes de génépi en gelée, granité acidulé, mousse aérienne et sorbet vert s’entremêlent harmonieusement. Un dessert mémorable, vraiment.

Niveau alcool, en accompagnement des desserts, l’hydromel de François Brunet à la Sarraz était tip top.

On testera le vin aux noix maison la prochaine fois!

Est-ce qu’on y retournera? Très très clairement pour tester d’autres créations, et la chasse en saison (réservation ultra recommandée à cette période-là)

Note subjective: 18/20

2019: 14/20 points (1 toque) au Gault & Millau


Auberge de l’Abbaye de Montheron 
2, route de l’Abbaye
1053 Montheron
Suisse
+41 21 731 73 73
https://www.montheron.ch

Visite: samedi 26 janvier 2019 – 20h – env. 110 CHF / 95 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*