Billets culinaires

Venissa – Osteria Contemporanea (Mazzorbo-Venise)

Reliée à Burano par un pont, la petite île de Mazzorbo est de ces lieux qui enchantent et suspendent le temps. Boutique-hôtel de charme au coeur de vignes, Venissa a deux restaurants de part et d’autre d’un jardin central: un 1* Michelin et une Osteria Contemporanea. Tous deux utilisent des produits frais de la lagune ou du potager de l’île même pour les légumes et herbes.

Depuis Murano par la ligne de vaporetto 12, il suffit de descendre à l’arrêt juste avant Burano (Mazzorbo).

Ayant (malheureusement) eu un programme serré, on a déjeuné dans ce dernier mais on a mis l’étoilé dans notre liste « à tester » pour une prochaine fois.

Le cadre est sublime, épuré mais pas trop, et calme sans être ennuyant. Ambiance diamétralement opposée à celle de la rue centrale de Burano où on serait allé manger si la fameuse Trattoria al Gatto Nero avait eu encore des tables (réservation obligatoire la veille au moins).

La beauté du lieu fait oublier que le service était assez lent ce midi-là: notre serveur s’en est excusé car il avait annoncé 20min d’attente pour le plat principal et ça a bien du en prendre le double.

On y a pris:

  • de la focaccia maison excellente, humide sans être trop acide, avec de l’huile d’olive toute aussi excellente venue dans une belle bouteille en forme d’olive (note: l’huile n’est pas servie d’office, on l’a demandée)
  • un plat de cicchetti (22€) à partager en entrée, soit ici des anchois panées et frites, des filets de poisson grillés, de la purée de courgettes à la menthe et une mousse de morue (un peu trop crémeuse et lourde). Très belle entrée en matière, le poisson étant excellent.
  • les moscardini (petits poulpes) en taille entrée (16€), avec une salade tiède de fines lamelles de carottes et concombre sur une eau de tomate avec quelques gouttes d’huile d’olive. Tendre mais un peu fade.
  • de la lotte, sauce tomates (27€), bon mais franchement chiche pour un plat principal.
  • un tiramisù revisité/décomposé (9€), avec une base de biscuit juste croquant sur l’extérieur, une masse au mascarpone parfumée et une glace au café au centre. Si l’on compare à celui de la veille de l’Osteria Da Fiore (1* Michelin, 20€…), il n’y a pas photo: celui du Venissa est totalement supérieur en tout, en goût comme en créativité et textures. Un coup de coeur carrément, qu’on n’avait plus eu pour un tiramisù gastronomique depuis celui de All’Oro à Rome (qui reste le meilleur qu’on ait croisé à ce jour).

À l’intérieur, il est possible d’acheter de la confiture d’abricots maison, du vin rouge (45€ la bouteille) et de la bière ambrée parfumée aux herbes de la lagune (18€), à moins de craquer pour les belles bouteilles en verre décorées de feuilles d’or (prix non demandé, valait mieux).

Est-ce qu’on y retournera? Tout à fait mais pour tester le restaurant gastronomique. Et au plus tard en marge du prochain événement Homo Faber en 2020, vu comme la première édition nous a impressionés!

Note subjective: 15/20


Venissa – Osteria Contemporanea
Fondamenta Santa Caterina 3 (à deux pas de débarcadère de la ligne du vaporetto 12)
Île de Mazzorbo – Venise
Italie
+390415272281
www.venissa.it

Visite: mercredi 19 septembre 2018 – 13h – 46 € / 55 CHF par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*