Recettes

Spécial « Reste chez toi à Pâques »: côtelettes d’agneau au thym et écrasé de pommes de terre

On entend souvent que les côtelettes d’agneau c’est sympa, mais qu’il n’y a pas beaucoup à manger dedans. Mmh, c’est pas faux vue la dose d’os, mais c’est trop bon quand même.

Les meilleures côtelettes d’agneau qu’on ait mangées de notre vie, c’était dans une taverne au bord de la route (de la Carrasqueta?) menant à Planes, le village natal de notre petite grand-mère, à une petite heure de route d’Alicante). 

Un lieu improbable, perdu au milieu des montagnes, qui avait le mérite d’être ouvert en plein mois d’août alors que la plupart des restaurants routiers du coin étaient fermés (la plage étant plus attractive à cette période de l’année).

Comme une vision d’oasis en plein désert, avec une fourgonnette qui partait vers on ne sait où livrer une immense paella et une grand terrasse ombragée décorée de sacs en plastique suspendus, remplis d’eau pour faire fuir les mouches (il semble que le reflet de la lumière dans l’eau perturbe les yeux à facettes des bestioles).

On ne sait plus très bien si les côtelettes d’agneau étaient vraiment excellentes ou si nos estomacs d’enfants avaient vraiment très faim, mais quoi qu’il en soit ces sublimes morceaux de viande sont restés gravés dans notre mémoire. 

Mais revenons à nos moutons. Et à la recette.

Ingrédients:

  • des côtelettes d’agneau (3-4 par personne selon leur taille)
  • 2 cuillères à soupe de thym
  • 1-2 pommes de terre
  • huile d’olive
  • vinaigre
  • sel

Marche à suivre:

  • dans un petit bol, mélanger un peu d’huile d’olive avec le thym
  • à l’aide d’un pinceau, badigeonner les côtelettes d’agneau, puis les laisser reposer à couvert au frigo. Les sortir 30 minutes avant l’étape du grill.
  • dans une marmite à pression ou grand casserole, faire bouillir les pommes de terre (de préférence avec leur peau, mais si on est flemmard, on peut aussi les peler avant la cuisson tant qu’elles restent un minimum entières pendant la cuisson)
  • une fois les pommes de terre pelées et cuites, les écraser à la fourchette, rajouter un peu (ou beaucoup, selon les goûts) d’huile d’olive, une plus petite quantité de vinaigre et une pincée de sel. Il n’y a pas vraiment de proportions, l’assaisonnement est plutôt à faire selon le goût de chacun.
  • griller les côtelettes des 2 côtés. Selon notre ami le thermomètre à viande, quand la température à cœur est à 70-80°C, c’est rosé!

Est-ce qu’on en regrillera? Très volontiers, et pas seulement autour de Pâques.

Note (très très) subjective: 20/20*


Dégustation: dimanche 12 avril 2020 – 13h

*en période de confinement, il se peut que la subjectivité soit encore plus subjective que d’habitude.

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*