Billets culinaires

Le Grand Restaurant / Jean-François Piège (Paris 8e, 2*)

En 2015, du temps du chef Piège, on avait testé et hautement apprécié la Brasserie Thoumieux. 3 ans plus tard, il était temps de découvrir son restaurant gastronomique doublement étoilé, un peu caché derrière une façade discrète. Et on n’a pas été déçu: c’est une très belle expérience à recommander.

Une fois passé devant les cuisines, visibles depuis la rue d’ailleurs, on accède à la salle qui doit avoir une vingtaine de couverts. La déco contemporaine est lumineuse malgré le manque d’ouverture vers la rue (le plafond semble faire puits de lumière), et le service était très pro sans être guindé.

Un lundi midi d’été, on y a pris le Menu Déjeuner en 2 services et desserts (96€ en juillet 2018, visiblement 116€ actuellement), comprenant:

  • un excellent feuilleté pour débuter, clin d’oeil au pain et au beurre habituel
  • des tartelettes légères salées (on avoue, on a oublié leur goût mais c’était très bon)
  • deux sortes de pain (de la ficelle et du pain foncé sauf erreur) avec une crème/mousse de fromage, très bonne
  • la fleur de céleri-rave cuit sur du mélilot sauvage, arrosé d’un excellent beurre battu infusé de peaux en entrée, très crémeux. A en faire aimer le céleri même à ceux qui n’en sont pas fans habituellement.
  • pour l’une: un poisson blanc, pamplemousse et jus décoré de fins morceaux de courgettes jaunes et vertes, bon mais moins étonnant que le reste

 

  • pour l’autre: les ris de veau, purée d’artichaut et chips d’artichaut sur le dessus (de tête), avec une purée canonissime et d’apparence « légère ». Une fois le plat terminé, des mouillettes de pain moelleuses sont automatiquement servies, ce qui valide officiellement que l’on puisse saucer. Et ça, on valide absolument. Il faut dire qu’on a été un peu traumatisé par un serveur du Quinzième de Cyril Lignac qui nous avait ouvertement fait remarquer qu’il nous avait vu saucer notre assiette, comme si nous étions des malpropres, alors que franchement, la sauce est souvent une des meilleures parties du plat.
  • le blanc-manger, spécialité du chef, ultra-léger avec son cœur au fruit de la passion
  • des crèmes à l’œuf et à la bergamote, très élégamment servies dans une grande boîte en bois en forme de trèfle (le logo du restaurant). Vraiment beau.
  • des rouleaux de pâte légère fourrés au chocolat et à la vanille, avec un coulis de framboise. Et à nouveau, on a eu droit à une mouillette en sponge cake au chocolat pour saucer. Juste excellent, on a tout fini même sans sauce.
  • et pour finir: des fraises en liqueur (en hommage à la grand-mère du chef qui finissait ses repas avec cette douceur, si on a bien retenu) et une sphère de chocolat noir. Le serveur la lance doucement sur la table pour qu’elle se brise, découvrant des pâtes de fruits et noisettes enrobées de cacao qui se mangent à même la nappe. Excellent.

Ce menu de midi permet de tester la cuisine du chef sans trop se ruiner, même si les boissons font vite grimper l’addition (25€ la coupe de champagne, 21€ le vin au verre et 14€ le café, servi certes dans un verre vintage à pied).

S’il y avait un bémol à indiquer, on a juste été un peu étonné de voir le Chef passer saluer/servir uniquement 3 tables (de tête il y en avait 7 en tout), un peu comme si les autres étaient de seconde catégorie. On comprend tout à fait qu’il ait mieux à faire que de s’arrêter pour moultes photos à chaque service, mais un petit tour global même rapide aurait été apprécié.

Est-ce qu’on y retournera? Très volontiers, avec plus de temps. Pour information, le Grand Menu des Mijoté-Moderne (14 services) est à 306€.

Note subjective: 18/20

2018: 2 étoiles Michelin – 19/20 (5 toques) au Gault & Millau


Le Grand Restaurant / Jean-François Piège
7, rue d’Aguesseau
75008 Paris
France
+33 01 53 05 0000
www.jeanfrancoispiege.com

Visite: lundi 2 juillet 2018 – 13h – env. 156 € / 180 CHF par personne le midi

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*