Billets culinaires

La Bouche qui Rit (Lausanne)

Envie de manger chez son boucher? Avec son espace boucherie-traiteur-épicerie fine à gauche et son sympathique coin « restaurant » à droite, Sébastien Losey a eu la bonne idée de proposer ses viandes et mets traiteur à déguster grillées sur place, au même prix (!) que si on les achetait au détail pour les cuisiner chez soi. Parfait pour se prendre un petit filet de boeuf après avoir fait le marché du samedi donc…

La déco est simple et blanche, avec de grand miroirs du côté des tables. On y voit le reflet de la grande tête de boeuf stylisée du mur d’en face.

Une fois sa table trouvée, chacun choisit auprès des bouchers le morceau de viande qui lui fait de l’oeil, la taille désirée et les accompagnements au poids. Pratique pour s’adapter à la faim et budget de chacun, vu que tous les prix sont indiqués aux 100g.

Le samedi durant le marché, un stand est monté pour y proposer des produits faciles à acheter à l’emporter. On s’est laissé tenté par un trio fort goûtu:

  • le croissant dodu jambon, traditionnel et bien garni
  • une rissole à la viande, simple et excellente, très gourmande (en manger une cale l’estomac pour un bon petit moment…!)
  • un mini-pâté au jambon, qui ravira ceux qui aiment les pâtés avec beaucoup de pâte

Et un autre samedi midi, on y avait également goûté:

  • un filet de boeuf suisse totalement tendre, juste assaisonné de sel et poivre (de tête, autour de 10 CHF/100g)
  • des spätzli bien croustillants, excellents (jusqu’à fin novembre, ils proposent divers garnitures chasse)
  • une salade de chanterelles, bien goûtue
  • un cordon bleu, avec une excellente viande, mais qui aurait pu être plus fromageux (à notre goût évidemment, il n’y en a jamais assez)
  • des haricots vers sautés (2.5 CHF/100g)
  • une tartelette avec une crème maison aux marrons, bonne mais un poil liquide. La coque n’est pas faite maison mais sa pâte brisée était bonne.
  • une tartelette au chocolat, également avec une crème au chocolat goûtue mais très liquide (on a fait la remarque, peut-être que ça le sera moins à l’avenir)
  • et le soir à la maison: l’excellente tatin de chanterelles (autour de 10 CHF), fondante et parfaitement assaisonnée. Comme il n’y a qu’un four et que les préparations de pâte feuilletée nécessitent 25 bonnes minutes de cuisson qui bloqueraient les autres commandes, il n’est pas possible de les manger sur place.

Le service est très agréable, humain, et assez rapide malgré la salle quasi pleine.

Vraiment un beau projet hybride où on sent que le personnel a son métier à coeur: on a apprécié les explications et conseils de cuisson du Chef Olivier qui passe aussi du côté boucherie.

Est-ce qu’on y retournera? Très volontiers pour tester d’autres bons morceaux de viande et leur sauce aux morilles qui nous a fait de l’oeil.

Note subjective: 16/20


La Bouche qui Rit
10, rue de la Madeleine
1003 Lausanne
Lausanne
Suisse
+41 21 311 95 95
https://bouche-qui-rit.ch
Instagram: @la.bouche.qui.rit
Facebook: @bouchekirit

Dernière visite: samedi 22 août 2020 – 13h

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*