Critiques

Caffè Pedrocchi (Padoue)

Institution depuis son ouverture en 1831, ce café classé monument historique reste une des places to be de la ville. D’architecture néoclassique, le bâtiment est élégant, les salles hautes de plafonds et lumineuses: on ne peut pas vraiment le louper. Autrefois repère d’écrivains célèbres (Stendhal y aurait été un fidèle client), il accueille aujourd’hui un doux mélange d’habitués et de touristes.

On avoue, on s’y est assis un peu méfiant, s’attendant à des prix exagérés vu la réputation, mais force est de constater qu’on y a passé un très bon moment. Notre serveur était pro et sympa, et l’ambiance sur la terrasse détendue. 

Pour un déj d’humeur picorante, on y a partagé:

  • un tramezzino thon et oeuf (3.5€) et un autre plus grand et à base de pain foncé au jambon et champignons (3.5€), servis avec une poignée d’ex-cel-lentes chips croustillantes avec une grande proportion d’exemplaires pliés (les meilleurs évidemment). On aurait pu s’en descendre un paquet mais on s’est retenu d’en demander. Quant au trammezzini, ils étaient bons, plus épais que ceux du Bar Nazionale, mais aussi à base probable d’ingrédients plus élégants et sains donc sans ce je-ne-sais-quoi qui les rend addictifs en termes de fondant et de réconfort. Ou si, on sait: la faute à moins de mayo… 
  • 3 cicchetti (5€/pièce), soit de petits plats typiques vénitiens: du baccalà mantecato (tartinade de morue) sur un croustillant de polenta de maïs Marano, de la pieuvre sur une crème de patate et chorizo (passable, un peu molle) et un petit bol de Gallina Padovana in saor (effiloché de poule mariné dans une sauce au vinaigre, huile, sucre, oignons caramélisés, raisins secs et pignons, excellent et bien frais)
  • et évidemment, même si on n’est pas fan de menthe, on se devait de commander un fameux café Pedrocchi (5€). « A boire sans le sucrer ni le mélanger « , comme le répètent à longueur de journée les serveurs. C’est ainsi un café chaud-froid: chaud en dessous, frais en dessus avec la délicate émulsion flottante de crème à la menthe saupoudrée de cacao, qui sucre le tout quand on le boit. Vraiment intéressant et bizzarement plutôt bon. Et la jolie bonbonnière avec des sablés au sucre brun aide à faire passer le prix.

Les autres spécialités du lieu sont visiblement les tourtes et tiramisù Pedrocchi (menthe et chocolat), le sabayon Stendhal (6€) et le spritz vert P31.

Est-ce qu’on y retournerait? Très volontiers même si c’est hautement touristique.

Note subjective: 16/20


Caffè Pedrocchi
15, via VIII Febbraio
35122 Padoue
Italie
+39 049 878 1231
www.caffepedrocchi.it
Instagram: @caffepedrocchi1831
Facebook: @CaffePedrocchi

Visite: dimanche 26 mai 2019 – 14h15 – env. 22 € / 25 CHF par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*