Critiques

Le Rossignol (Lausanne)

Discrètement lové derrière une petite terrasse fleurie, ce restaurant gastronomique sert une cuisine fine à base de produits de la région, aux accents méditerranéens et italiens. D’où semble venir le nom de l’adresse? Tout simplement du nom du Chef Willy Rossignol, qui a notamment officié auparavant au Lausanne Palace et au Mirador du Mont-Pèlerin. 

Le cadre aux tons clairs est épuré, décoré par des aquarelles d’oiseaux et des fleurs fraîches sur les tables; il résonne avec l’ambiance posée qui ne pourrait être qualifié de guindée mais qui sonne plus formelle que celle d’autres bistronomiques du coin (notamment l’Auberge de l’Abbaye de Montheron ou Au Chat Noir, s’il fallait comparer).

A la carte, il faut compter 17-28 CHF pour une entrée, 32-49 CHF pour un plat et 11-14 CHF pour le dessert; le midi, des plats du jour à 19 CHF et 23 CHF sont proposés, ce qui offre un beau rapport qualité-prix vu le niveau certain des assiettes.

Nous avons été aimablement accueillis par la patronne (l’épouse du chef, une Italienne du Nord dynamique), qui s’occupait du service en salle avec un collègue. Avis aux convives un peu trop à la bonne franquette et pas toujours très à l’écoute: un point d’honneur est mis sur la présentation cérémonieuse des plats lors qu’ils sont servis, afin de rappeler en détails ce que chacun a commandé (peut-être avec un poil trop d’insistance parfois).

Un soir, lors d’un repas de groupe, on y a dîné:

  • un petit bol de biscuit apéritifs industriels en accompagnement de nos verres de vin alors que nous attendions le reste de la table. Vu le niveau de ce qui allait suivre et surtout du côté « fait maison » de la cuisine proposée, ce mix de mini-bretzels/sablés ne cadrait pas trop avec le lieu; élément certes pas crucial, mais surprenant.
  • de fins feuilletés au fromage et sablés moelleux aux olives maison, juste sublimes (on les a mangé trop vite pour pouvoir les prendre en photo…)
  • le trio d’encornets farcis à la brandade de dormeur (crabe), crémeux de pois vert et suc de crevettes grises (24 CHF). Aussi jolie que goûtue, c’était une entrée très bien réalisée, à la cuisson maîtrisée.
  • le velouté d’asperges vertes à l’huile d’olive, mousse de reggiano et élégante focaccia aux morilles (17 CHF), très bon selon les Comparses qui l’ont pris
  • les taglierini fatti in casa aux artichauts violets, coques, calmars et bouillon au citron confit (35 CHF), à la sauce assez légère (du fait du bouillon). Cela faisait ressortir les saveurs des fruits de mer. Les coques étaient charnues, douces et excellentes.
  • les noisettes de pintade aux écrevisses du Léman, crémeux de pois vert et condiment de lard paysan (41 CHF), bon et consistant. 
  • la crème brûlée aux pistaches caramélisées, poêlée de framboises pépins (12 CHF), bien réussie, avec une couche de caramel craquante comme il faut.
  • la verrine de mousse chocolat Toblerone aux éclats d’amandes caramélisées, agrumes à la fleur d’oranger (12 CHF), très réussie selon le Comparse qui a littéralement descendue vite fait bien fait.

Le seul bémol du repas? Quand on a demandé une carafe d’eau et que le serveur nous a répondu qu’ils n’en servaient pas avec un sourire un peu gêné. Qu’on a d’abord pris pour un air blagueur. Mais non, il était sérieux et nous a donc demandé si on préférait de l’Henniez ou de la Panna.

Cela faisait des années qu’une carafe d’eau ne nous avait pas été refusée en Suisse, et cela nous surprendra toujours. Par principe écologique, on préfère en effet toujours l’eau du robinet mais vu qu’il s’agissait d’un dîner de groupe, on n’a pas souhaité faire de tintouin.

Sautant du coq à l’âne, bon à savoir: le restaurant est ouvert le lundi soir, ce qui est bien pratique, et il y a une table ronde pour max. 4-5 personnes pour ceux qui rechercheraient de telles tables pas toujours faciles à trouver dans un monde de banquettes et de tables souvent carrées.

Est-ce qu’on y retournera? Volontiers, pour une occasion et pour tester la prochaine saison de la carte.

Note subjective: 16/20

2019 : 13/20 (1 toque) au Gault & Millau 


Le Rossignol
36, avenue du Léman
1006 Lausanne
Suisse
+41 21 728 09 56
www.restaurantlerossignol.ch

Visite: lundi 15 avril 2019 – 20h – env. 75 CHF / 65 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*