Billets culinaires

Doki Doki (Lausanne)

Nos ramens préférés à Lausanne à ce jour, tout simplement! Ouvert au début de l’automne 2020, ce sympathique restaurant à la bonne franquette se situe dans la piscine de Mon Repos, avec une chouette terrasse à droite de l’entrée. Son nom fait référence à l’onomatopée nippone désignant les forts battements du cœur quand il s’emballe, et sa pimpante sonorité est en ligne avec la belle énergie de son équipe (le service est aussi souriant que rapide) et de ses plats.

Les 2 cofondateurs, Pablo Voisard et Kenji Steiner (ex-cogérant de la Brasserie du Château, dont on retrouve les bières au Doki Doki, et dont la maman est japonaise) avaient lancé une fructueuse récolte de fonds via wemakeit pour financer l’achat d’une machine à ramens afin de produire des nouilles maison, à base d’ingrédients locaux. Cela a fonctionné, et après quelques travaux, la salle du restaurant a accueilli lampions japonais et ses premiers clients à la bonne franquette. Pour plus de lecture sur le sujet, citons l’article de mai dernier dans le 24heures (visible ici aussi pour les non-abonnés). Depuis, la terrasse a pu ouvrir, et quelques tables basses ont été décorées de sympathiques personnages fans de ramens.

L’ambiance en salle est jeune et détendue, avec un joyeux brouhaha en fond sonore et une vue sur les bassins en contre-bas. Un midi ensoleillé de mai 2021, on y a partagé sur la terrasse:

  • des edamames pour se mettre en jambe (5 CHF)
  • un délicieux petit bol d’hiyayakko (6 CHF), soit du tofu soyeux en tranches agrémenté d’oignon vert, gingembre et ponzu maison (sauce japonaise acide à base d’agrumes)
  • 6 excellents morceaux de tendre poulet frit/karaage (12 CHF), servis avec de la sauce mayo bull-dog. Assez addictifs, donc obligatoires.
  • un très bon Shoyu ramen (21.5 CHF), avec un bouillon de poule, des nouilles de blé maison, shoyu tare (bouillon aromatisé à la sauce soja), huile parfumée à l’échalote, chashu (tranche de porc fondante), 1/2 ajitama (oeuf mariné au soja/mirin sauf erreur), pakchoi, daikon et oignons verts. Viande fondante, riche en texture, aussi joli que bon. Les feuilles de pak-choi pourraient être coupées en plus petits morceaux pour plus de praticité lors de la dégustation, s’il fallait pinailler.
  • un bon Miso Végé-men (21 CHF), avec un bouillon shiitake/tomate/citronnelle, miso tare (bouillon aromatisé au miso), huile parfumée à l’échalote, nouilles de blé maison, agedashi tofu, pak choi, 1/2 oeuf mollet, daikon et oignons verts. Pas mal, même si on grade une préférence pour le ramen au porc.
  • une tranche de cake au citron sans gluten (5 CHF), pas mal pour du sans gluten (il faut dire que depuis qu’on a testé l’incroyable cake au citron (avec du gluten) bien mouillé d’Osio, la pâtisserie japonaise de Prilly, pas facile de ne pas comparer)
  • une tranche de cake au matcha et chocolat (5 CHF), bien fait bien qu’un poil sec sur les bords, généreux en pépites.
  • et un excellent thé froid maison

Est-ce qu’on y retournera? Volontiers pour tester les salades dont on a entendu de bons échos, pour changer.

Appréciation subjective: 17/20


Et pour les archives: voici notre premier passage à l’emporter en novembre 2020 (sait-on jamais que les restaurants referment un jour…)

Début novembre 2020, il était possible d’y venir pour des plats à l’emporter ou pour se faire livrer des ramens en kits (15 CHF). L’organisation était bien rodée: on pouvait facilement les contacter pour passer commande en avance, puis se pointer tranquillement pendant l’ouverture du comptoir pour récupérer son paquet sans attendre (entre 11h et 15h le midi, et entre 18h et 22h certains soirs).

Courte et efficace, la carte take-away comportait des snacks tels qu’edamames ou poulet kara-age (frit), des ramens évidemment (shoyu ramen au porc ou végé-men à 19 CHF, disponibles en version XL (+4 CHF) et/ou en version piquante (+1 CHF)) et 3 options de bento (porc, kara-age ou tofu, 17 CHF). 

Un soir à l’emporter (le 29 novembre 2020), on y avait donc goûté:

  • un très bon shoyu ramen (19 CHF), au bouillon savoureux et à l’ensemble bien multi-texturé, avec une viande de porc ultra-fondante, un oeuf parfaitement mi-cuit, du pak choï (en feuilles entières pas toujours faciles à manger), de fines lamelles de radis blanc croquante, de l’oignon frais et frit. Les nouilles étaient très bonnes également.
Etape 1, à la sortie du sac
Etape 2, juste avant le versage de bouillon
Etape 3: tadaaaam, c’est prêt!
  • du poulet kara-age (10 CHF), bien crousti-moelleux et servi avec une sauce salée aux parfums de soja et de moutarde. Tip top comme entrée, à base de viande très tendre. Petit conseil basique pour les amoureux du frit: quand on les prend à l’emporter, vaut mieux les manger assez vite (genre sur le chemin) pour éviter que la boîte fermée ne les rende un peu mous si on habite loin. (conseil également applicable pour les frites, croquettes, calzone frits et autres beignets d’ailleurs)
  • un bento au tofu (17 CHF), agrémenté de riz au sésame noir, concombre, pak choï et kimchi, très bon et bien assaisonné, délicieux même pour qui ne court habituellement pas après le tofu (c’est dire!)

Doki Doki
Piscine de Mon-Repos
4, avenue du Tribunal-Fédéral
1005 Lausanne
Suisse
+41 21 219 24 14
Instagram: @dokidoki.ramen
Facebook: @Doki-Doki-100831914974925

Dernière visite: samedi 29 mai 2021 – 12h – env. 40 CHF / 38 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre