Billets culinaires

Attar (Genève)

Tout nouveau, tout beau! (et tout bon). Ouvert le 21 mars 2022 par le chef Nasser Jeffane (ex-Kasbar, Inda Bar), cette nouvelle adresse des Eaux-Vives propose une cuisine à la croisée des chemins du Maroc (pays d’origine du chef) et de l’Inde, hautement bonne et pleine de peps. Tantôt aux saveurs traditionnelles, tantôt légèrement revisitée, et dans tous les cas faisant la part belle aux épices. Auparavant, l’endroit s’appelait la Table des Roys: la décoration a donc changé pour devenir plus contemporaine, avec quelques théières marocaines perchées vers le bar, non loin d’un pot de menthe. En bonus? Le service particulièrement sympathique et à l’écoute, même dans une salle pleine.

On avait entendu parler de cette ouverture dans une newsletter d’Edouard Amoiel de janvier 2022, avant d’y réserver une table (enfin!) début avril 2022.

Au menu? Un choix de 11 « kemias », des petits plats à partager (caviar d’aubergines, beignets de pommes de terre, pastilla, briwates, tartare de boeuf, daal, kefta, cubes de saumon charmoulé aux épices, volaille tandoori, harira, poulet lollipop, 16-26 CHF), des pains & naans (7-14 CHF; un des chefs est d’origine indienne), 3 plats principaux et des desserts (11-14 CHF).

Excepté le butter chicken (36 CHF), les 2 autres plats de résistance sont à partager: la dorade est pour 2 personnes (66 CHF) tandis que méchoui d’épaule d’agneau rôtie aux 9 épices et pommes rissolées, de taille très généreuse, est pour 3 personnes (145 CHF). Et pour l’avoir vu passer en direction d’une table voisine, on peut dire qu’il donnait sacrément envie.

Un soir dans une salle quasi pleine, on y a donc partagé:

  • un excellent naan au gruyère et mozzarella épicée (10 CHF), ultra moelleux. Dans la série des pains zieuté à des tables voisines, le gozleme (farci à la viande hachée) avait l’air vraiment pas mal également.
  • un « koube naye », soit un tartare de boeuf aux poivrons et boulgour (21 CHF) joliment assaisonné, avec des pointes de sauce légèrement piquante mais pas trop, tip top
  • une belle friture de dorade en sauce aux épices et tomate (66 CHF, pour 2, donc très correct vu le nombre de morceaux. Présenté de manière originale et verticale, ce plat à la sauce légèrement sucrée-salée était délicieux. Les fans de joues de poisson doivent juste garder en tête que comme l’animal est complétement frit, elles ont séchées, mais c’est un détail (oui, on a creusé pour voir avant de laisser tomber et se concentrer sur la chair moelleuse du poisson.
  • du riz basmati (7 CHF) pour accompagner le poisson
  • une portion de bonnes frites allumettes au cumin (7 CHF), bien crousti-moelleuses. Alors oui, du frit pour accompagner du frit n’était peut-être pas nécessaire, mais on se sentait obligé de goûter.
  • une excellente (et légère!) pastilla au lait à la fleur d’oranger et pistaches (11 CHF), agrémentée de framboises fraiches. Même les non-fans de fleur d’oranger aimeront, car l’équilibre de ce cousin du mille-feuilles était très réussi, avec une pâte craquante et une garniture généreuse.

Anticipant notre prochain repas (le choix était vraiment trop difficile, donc on est obligé de revenir un jour), on a questionné nos voisines de table marocaines (la chance): elles nous ont recommandé de prendre sans hésiter le caviar d’aubergines fumées (« zaalouk »), grand spécialité du chef ainsi que la pastilla de poulet (« elle est vraiment comme à la maison »), mais moins les cornes de gazelles, qui auraient pu être plus moelleuses/humides à cœur. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde 😉

Est-ce qu’on y retournera? Clairement, pour goûter à d’autres plats!

Appréciation subjective: 17/20

PS: le menu d’avril 2022 pour les curieux:


Attar
7, rue du Nant
1207 Genève
Suisse
+41 78 306 28 00
www.attarrestaurant.com
Instagram: @attar_geneve

Miam: jeudi 31 mars 2022 – 21h- env. 60 CHF / 58 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre