Billets culinaires

Pâtisserie Chocolaterie Berger – De Faletans (Genève)

 

Notre boulangerie-pâtisserie préférée de Genève. Un passage obligé. Une vraie valeur-sûre 😉

Et potentiellement aussi une ruine totale quand on est étudiant(e) à Unimail et qu’on y passe tous les jours.

Des pâtes feuilletées et brisées à tomber, un choix de pâtisseries à l’allure graphique qui change au gré des saisons, des chocolats bons et beaux dans des emballages rétro…on aime tout!

L’offre étant sans cesse renouvelée, c’est toujours avec la même curiosité qu’on zieute la vitrine avant de se demander : mais que choisir ?

En effet, il y a en moyenne 10 sortes de pâtisseries individuelles différentes (entre 6.5 et 7 CHF):

  • forêt noire ultra-légère pleine de chantilly et de framboises fraîches
  • baba avec sa pipette de rhum
  • tarte tatin toute ronde (voir même dodue), au fruit fondant
  • tranche de mousse aux fruits
  • tartelette citron
  • éclair huile d’olive-citron, pistaches caramélisées, fine plaque de chocolat au lait (créé parait-il sur mesure pour une mariée dont la belle-mère sicilienne produit sa propre huile d’olive)

  • tartelette fraise-framboise ou autres fruits selon la saison
  • macaron chocolat-mûre
  • macaron framboise
  • cheesecake aux fruits rouges
  • religieuse chocolat ou caramel beurre salé
  • éclair mousse griottes, chocolat ou framboise
  • et on en passe

Au niveau des viennoiseries et pièces sèches, on notera l’excellent noeud au chocolat noir en pâte feuilletée saupoudrée de grué de cacao, les cakes, les sablés aux noisettes et le financier aux fruits rouges surmonté de noisettes caramélisées (sublime – petit mais costaud en beurre).

Sur l’étagère face à l’entrée ou sur le comptoir, un joli choix pour des cadeaux: le granola aux fruits rouges ou citron-chocolat noir (14 CHF de tête), les sucettes en chocolat aux dessins colorés, les amandes-princesses ou les orangettes (la ruine, disait-on…)

Quant au salé, notre top 3 serait: le croissant poulet/sauce curry/tomate (sublime), le pain mou à la terrine de lapin et cornichon (5.2 CHF, tout doux, mais pas toujours présent en été) et le ramequin (3 CHF, à demander un peu chauffé pour un fondant grassouillet incroyable).

Pas mal non plus: le croissant au jambon (qui a beaucoup de pâte; précision pour ceux qui les aiment avec beaucoup de farce et qui pourraient en être déçus), le cheeseburger, les petits pâtés à la viande, le gros pain balance aux graines de courges (5 CHF) et les quiches.

Il y a aussi des salades et autres mets sains mais  – évidemment – on ne les a pas testés…

Concernant le cadre, la partie tea-room s’est agrandie avec le temps, passant à une dizaine de petites tables, et une jolie terrasse intérieure est apparue (moins bruyante que les tables sur le boulevard). Catelles blanches aux murs, moules de métal et ustensiles anciens sur les étagères: on est dans l’ancien laboratoire.

Le jaune aux murs a laissé place à un bleu-gris avec un gros nuage en ouate suspendu au plafond qui fait office de luminaire, puis à des plantes suspendues.

Le laboratoire s’est lui agrandi et déplacé Rue Hugo-De-Senger. Pour ceux qui souhaiteraient y passer des commandes personnalisées, l’accueil est très sympa et on en ressort des étoiles plein les yeux…

Est-ce qu’on y retournera? Absolument, à chaque fois qu’on passe par Plainpalais. Avec ou sans faim!

Note subjective: 20/20


Pâtisserie Berger – De Faletans
16, avenue Henri-Dunant
1205 Genève
Suisse
+41 22 329 12 02
www.berger-defaletans.ch
Instagram: @patisseriebergerdefaletans
Facebook: @patisseriebergerdefaletans

Dernière visite: samedi 12 octobre 2019 – 10h – env. 15 CHF / 13 € par personne à l’emporter, sinon plutôt 25 CHF / 20 € sur place

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*