Billets culinaires

Pachacamac (Genève)

Grand frère de l’excellent Kampai aux Pâquis, le Pachacamac est le restaurant originel de la cheffe péruvienne Cecilia Zapata. On y trouve une élégante cuisine plus classique, non loin de la gare.

S’il fallait comparer, le Pachacamac est également un peu plus posé que le Kampai, dont on aime particulièrement le côté design et la créativité des assemblages de saveurs.

A la carte, il faut compter 29-35 CHF par entrée, 38-69 CHF par plat et 12 CHF pour les desserts. Le midi, une formule entrée + plat à 34 CHF est proposée, avec un choix de 3 options à chaque fois (viande/poisson/végétarien), ce qui est intéressant. Le même concept d’entrée+plat le midi est également au Kampai (pour 28 CHF).

Le cadre est lumineux, épuré, confortable, avec quelques poteries vers l’entrée. Quant au service, il était enthousiaste et pro, s’affairant entre les tables de façon dynamique.

Un midi, on y a partagé:

  • en amuse-bouche, des makis au fromage blanc, délicatement assaisonnés au yuzu et coriandre sur le dessus
  • du pain maison à tremper dans un doux mélange d’huile aux herbes (avec un peu de sauce soja au centre?), très plaisant et crousti-moelleux
  • des tacos de salpicón de pollo en salsa andina, soit des wraps de poulet, salade, tomates, oignons, carottes et sauce andine. Le plat qu’on a préféré de tout le repas, avec une viande ultra-tendre et des assaisonnements très justes et savoureux.
  • le pescado empanizado en camote con ensalada y vinegreta dulce, soit un quatuor de bouchées de poisson en croustillant de patate douce, salade, vinaigrette aigre-douce, sympa mais manquait un peu de sauce ou de liant pour y tremper les beignets de poissons. La panure bien croustillante était originale et plaisante.
  • du tacu tacu con lomito al jugo, soit des bouchées de tendre rumpsteak sautées au wok, tomate rôtie (pas trop de saison), riz et haricots blancs secs. La sauce avait un goût un poil trop prononcé de fumé à notre goût.
  • un risotto negro con perches en tempura, soit du riz arborio à l’encre de calamar. La Comparse du jour a trouvé la saveur de mer trop présente, tandis qu’on trouvait le tout pas mal. Une histoire de goûts.
  • une mousse au chocolat péruvien (12 CHF), servie sur une base de purée de mangue avec un émietté de biscuit au chocolat. La mousse était assez dense, pas hyper noire, et même s’il avait de l’idée, l’harmonie relative du tout ne nous a pas spécialement marqué.
  • un tres leches (12 CHF), élégamment présenté dans une coupelle suspendue au-dessus de glaçons. C’était bien réalisé pour une version « modernisée » de ce dessert typique, plutôt nourrissant par essence, avec une inhabituelle purée de fruit en-dessous pour une touche de fraîcheur. On a cependant eu plus de plaisir avec la partie salée que sucrée du repas.

 

Est-ce qu’on y retournera? Volontiers pour tester d’autres plats.

Note subjective: 15/20

PS: merci à la Comparse Mariuca pour les photos des plats 😉


Pachacamac
11, rue Voltaire
1201 Genève
Suisse
+41 22 940 24 37
www.pachacamacrestaurant.com
Instagram: @pachacamac.geneve
Facebook: @pachacamac.geneve

Visite: jeudi 16 janvier 2020 – env. 50 CHF / 45 € par personne

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*