Billets culinaires

La Terrasse – Victoria-Jungfrau Grand Hotel & Spa (Interlaken)

Au rez du Grand Hôtel Victoria-Jungfrau, La Terrasse est le restaurant gastronomique de l’établissement et propose une jolie cuisine 100% locale: tous les ingrédients sont produits dans un rayon de 40km autour d’Interlaken, et les herbes comme le miel viennent des jardins de l’hôtel. Son chef Stefan Beer est d’ailleurs aussi local que ce qu’il cuisine: il est natif de l’Oberland bernois.

La Pension Victoria ouvre en 1856, avant d’être reliée par un dôme à l’Hôtel Jungfrau attenant en 1899 pour donner naissance à l’imposante structure actuelle de style Belle Epoque, qui est passée par une phase de rénovation en 2018 pour donner des touches plus contemporaines aux chambres tout en conservant l’esprit du lieu.

Pour des envies italiennes et aux prix plus doux, l’hôtel a également le Ristorante Sapori, à l’autre extrémité du bâtiment. Quant à La Terrasse, contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle n’en a pas: toutes les tables sont à l’intérieur, dans une salle de style. Il s’agit également de la salle du petit-déjeuner de l’hôtel.

Par contre, aux beaux jours, il est possible de prendre l’apéro sur la Victoria Terrace, qui jouxte le restaurant et est pour le coup une véritable terrasse (tout le monde suit?).

Le service était multilingue, bien rodé et pas guindé, prenant de déclamer les intitulés à rallonge des plats et de répondre aux éventuelles questions des clients. L’attente a juste été passablement longue (près de 45 minutes) pour recevoir nos plats principaux, probablement car deux grandes tablées ayant pris du Chateaubriand, une des spécialité apparement du menu, et étaient servies en même temps.

A la carte, le menu local à 5 plats est proposé à 125 CHF (197 CHF avec les vins); en version 6 plats, il est à 135 CHF (207 avec les vins). Ayant dîné dans le cadre d’un package Qoqa, on indique ci-dessous les prix des plats à la carte pour l’idée.

Un soir, on y a donc goûté:

  • pour se mettre en jambe, le pain maison tout droit sorti du four avec du beurre, du fromage frais de Meiringen et un pesto à base d’herbes du jardin de l’hôtel
  • une déclinaison autour de la courge en amuse-bouche, très belle et minutieuse, rafraichissante mais plus jolie que goûtue
  • l’entrée « Deux paysans rencontrent la maison tropicale de Frutigen », soit un duo d’oeufs garnis de délices d’esturgeon, sandre, pommes de terre, caviar Osietra, vodka d’oeufs de poules élevées en plein air (39 CHF). Cela semble être un des plats signature du chef: très très beau, innovant, avec son petit carton explicatif tellement il y a de couches. On a beaucoup aimé l’idée, même si on ne sentait pas autant les différentes couches et textures comme on aurait pu l’imaginer.
  • le « vitello tonnato» de la région – veau, truite de Sigriswil et herbes jeunes (39 CHF), juste excellent, avec une truite finement travaillée pour remplacer le thon. Avec le dessert, c’est le plat qu’on a préféré, de loin.
  • la côtelette de veau locale cuite 24h, cipolle, pommes et sésame de Steffisburg (26 CHF). Servie sous cloche car fumé, ce bouillon faisait son petit effet visuel.
  • les délices de porc Piétrain noble d’Einigen, cornouiller sauvage du jardin (58 CHF), accompagnés de mini-muffins aux lardons et d’une compote de cerises. Généreux en goût et textures, ce plat était bon, un poil roboratif peut-être. La rondelle d’oignon frit ultra-légère était sublime, on aurait pu en manger une demi-douzaine 😉
  • la truite arc-en-ciel de Grabenmühle, « jus » aux tomates locales fermentées, fenouil de Kirchdorf (54 CHF), classique, avec une grande branche de fleurs aux graines de fenouil anisées très agréables à mâchouiller en attendant la suite.
  • le brie de Ringoldswil, truffe locale, noix noires et poire du jardin (22 CHF), très crémeux et gourmand. C’était la première fois qu’on mangeait des noix noires: il s’agit de noix vertes (avec la coquille encore molle) confites en sirop, apparemment une spécialité qu’on trouve en Suisse Alémanique et du Sud de l’Allemagne selon le post de Stéphane de Cotterd, le chef du Pont de Brent.
  • Mirabelles du Bödeli, miel Victoria, céréales du Rüegsbach (19 CHF): un dessert de haut niveau, juste ex-cel-lent. Aussi beau que délicieux, donc on serait tenté de dire « le meilleur pour la fin » 😉

Est-ce qu’on y retournerait? Volontiers si on repasse dans le coin.

Appréciation subjective: 16/20

2020: 16/20 (3 toques) au GaultMillau


La Terrasse
Victoria-Jungfrau Grand Hotel & Spa
41, Höheweg
3800 Interlaken
Suisse
+41 33 828 26 02
www.victoria-jungfrau.ch/en/restaurants-bars/la-terrasse
Instagram: @victoriajungfrau
Facebook: @victoriajungfrau 

Visite: samedi 5 septembre 2020 – 20h – « menu local » 5 plats à 125 CHF / 120 €

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*