Recettes

Spécial « Reste chez toi »: la fideuá

Spécialité valencienne, la fideuá est comme une paella aux fruits de mer…mais avec des pâtes!

En catalan, fideu signifie vermicelle, d’où le nom du plat (de façon intéressante, il s’écrit fideuà en valencien mais fideuá en castillan). Les pâtes sont la plupart du temps des fideos (sortes de cheveux d’anges plus épais et courts) ou une espèce de longue cornette fine et juste légèrement recourbée.

Dans les fideuás, on peut trouver toutes sortes de poissons, des langoustines, des moules: tout ce qui est marin peut potentiellement y passer. Les fideuás des zones trop touristiques tendent à être riches en pâtes et pas trop généreuses en poissons (il y a parfois plus de fruits de mer sur la photo décolorée du menu que dans l’assiette…), donc on ne recommande pas trop. Après, ça ne veut pas dire que le goût du plat ne sera pas bon, mais cela peut être cher payé pour des pâtes.

Enfants, on adorait manger de la fideuá lors de l’excursion annuelle à Tabarca, un petite île au large de Santa Pola (région d’Alicante). Toujours le même rituel: embarquer sur un des premiers bateaux du matin pour se ruer sur les transats (la plage principale n’est pas très grande mais réputée pour la clarté de son eau), puis réservation d’une table dans l’un des restaurants surplombant la plage. Réservation obligatoire car à 14h (midi donc), ils étaient toujours archi-complets.

On adorait la fideuá pour son goût de vacances. Aujourd’hui, on la trouverait probablement bonne mais trop salée et pas assez garnie en calamars (dans nos souvenirs, quelques morceaux se couraient après dans le plat, mais en tant que cousins bien élevés, on veillait à se les répartir équitablement).

La fideuá cuisinée à la maison est heureusement bien plus richement garnie. Et si on hésite entre pâtes ou riz, on peut utiliser la même recette pour une paella aux fruits de mer (paella de mariscos). Dans ce cas, en fin de recette, il faut ajouter le riz et le double de quantité d’eau, et cuire à couvert 20 minutes.

Ingrédients pour 6 personnes:

  • 1 poivron vert ou rouge, épépiné et coupé en lamelles
  • 2 gousses d’ail pressées
  • 3 tomates pelées, épépinées et coupées en petits morceaux
  • 1 belle tranche d’env. 300 g de thon
  • quelques crevettes (comme 12, par exemple). C’est meilleur avec des crevettes non-pelées, qui demandent juste d’être décortiquées à la fin.
  • 600 g de calamars
  • 360 g de pâtes de type vermicelles à la chinoise (compter env. 60 g par personne)
  • une bonne pincée de colorant alimentaire jaune
  • une pincée de pimentón (paprika doux)
  • facultatif: un peu de safran et du citron pour ceux qui aiment ça

Marche à suivre:

  • si les calamars sont entiers, les évider, nettoyer, « peler » et couper en gros morceaux
  • dans une grande poêle avec de l’huile, frire rapidement à feu fort les crevettes des 2 côtés. Une fois cuites (mais pas trop, car elles deviennent sèches!), les réserver.
  • dans la même poêle, faire cuire à feu fort et à couvert avec une grille métallique si possible (pour éviter les éclaboussures d’huile) le thon et les lamelles de poivron d’un côté, puis de l’autre. Sortir le thon quand il est mi-cuit (car il continuera sa cuisson plus tard) et réserver avec les crevettes. 
  • réserver également les tranches de poivrons quand elles deviennent tendres, et si possible, les peler (c’est plus sympa pour les convives après)
  • toujours dans la même poêle, faire revenir les morceaux de calamars et les tomates
  • Cuire pendant 15 minutes (cela dépend de la taille des calamars), jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Rajouter le pimentón et baisser le feu (il ne doit pas trop chauffer).
  • Remettre le thon et les poivrons, et poursuivre la cuisson à feu doux durant 10 minutes.
  • Saupoudrer de colorant alimentaire jaune, rajouter un peu d’eau si nécessaire, et déposer les vermicelles.
  • Cuire pendant une dizaine de minutes à couvert et toujours à petit bouillon.
  • Quand les pâtes sont cuites, c’est prêt!

Est-ce qu’on en refera? Très volontiers, en cas de bonne pêche.

Note (très très) subjective: 20/20*


Dégustation: samedi 18 avril 2020 – 13h

en période de confinement, il se peut que la subjectivité soit encore plus subjective que d’habitude.

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

*