Critiques du Comparse

Ça passe crème (Lausanne)

Dieu ce que je suis chiant avec le café. J’ai mes petites habitudes de grand-père:

  • Je ne jure que par mon café sicilien Ideal Caffè Stagnìtta que je ramène chaque année depuis aussi longtemps que je me souvienne.
  • Je vomis de façon régulière sur Nespresso et leurs machines venues des enfers.

Mon monde torréfié s’arrête là.

Jusqu’à ma rencontre avec Ça passe crème qui a tracé de nouvelles routes sur mon palais avec un double espresso diabolique. Mon barème d’identification des goûts a quelque peu perdu la boule sous l’intensité. Je peux juste rapporter des sensations épicées et chocolatée qui traînent encore dans ma bouche. 

J’aimerais beaucoup vous parler de leurs sablés et du verre d’eau qui accompagnent leur breuvage mais je n’y ai pas touché pour emporter avec moi les saveurs qui se baladaient joyeusement sur mes papilles.

Par contre, je peux vous parler de leur petit local fort bien aménagé où il fait bon s’arrêter pour une pause lecture ou une sympathique discussion avec les deux tenanciers passionnés par leur boisson.

Est-ce qu’on y retournera? Evidemment! Pour tenter les nombreuses autres aventures promises par leurs rayonnages aux emballages colorés.

Note subjective du comparse: 16/20


Complément de Sonia (qui n’aime pas spécialement boire du café – ce qui nous fait une belle jambe particulièrement ici…):

On avait repéré depuis quelques jours le local en travaux qui a ouvert tout juste le 1er juin, avec son côté hipstero-vintage et son code visuel bien avenant.

Après le debrief du Comparse, il nous fallait évidemment goûter le sablé (quelle idée de l’oublier). En fait, on peut choisir entre un spéculoos du Duo Créatif de La Tour-de-Peilz (pas très sucré, très bon et non écoeurant comme les industriels) et un sablé de la Boulangerie Martin de Bourg-en-Lavaux/Cully (tip top), qui fournit aussi les viennoiseries. On a trouvé le pain au chocolat (avec une barre de praliné, 2.5 CHF) correct mais sans plus car la pâte n’est pas hyper feuilletée. Dommage, car l’emballage est stylé et le côté « on travaille avec des producteurs locaux » très sympa.

Le Dirty Chai (un chai avec un shot de café, 6.5 CHF) est bien plaisant, très parfumé et cannelé sans qu’on sente trop le café, et le Cappuccino (5 CHF) bien bon.

Ah oui, pour conclure et pour ceux qui se posent la question: « ça passe crème » signifie « c’est impeccable » / « ça le fait ».

C’est ce qu’on souhaite à Steeve et Davide, les 2 fondateurs, pour cette aventure.


Ça passe crème
45, Boulevard de Grancy
1006 Lausanne
Suisse
www.capassecreme.ch

Visite: mardi 12 juin 2018 – 14h20 – double espresso à 4.2 CHF

Post Précédent Post Suivant

Vous aimerez aussi

1 Commentaire

  • Reply Le justicier néerlandais 15 juin 2018 at 21 h 32 min

    Speculaas ! Scrogneugneu 🙁

  • Répondre

    *